FAO : Comment simuler vos projets de fabrication en amont ?

FAO : Comment simuler vos projets de fabrication en amont ?

À l’ère du numérique, les processus de production traditionnels sont bouleversés par de nouvelles pratiques. La FAO (Fabrication Assistée par Ordinateur) gagne du terrain. L’utilisation de programmes pour piloter les machines offre de nombreux avantages, tant du côté de la flexibilité que de la fiabilité. Encore faut-il anticiper les bonnes programmations pour les bons projets !

Comment tirer profit de la FAO et simuler vos projets de fabrication en amont ? Pour bien saisir les enjeux et être guidé pas à pas dans cette étape cruciale de la production, suivez notre guide !

FAO et simulation de projet : de quoi parle-t-on ?

 

Qu’est-ce que la simulation appliquée à la FAO ? Concrètement, il s’agit de simuler des trajets d’usinage, calculés en tenant compte de facteurs précis (machine, outils, montages d’usinage, pièce finie et brute). Le programmeur est chargé de réaliser ces simulations. Généralement, il est intégré à l’équipe des programmeurs mais peut aussi être rattaché au service méthode.

La simulation permet d’anticiper la production. Le coût horaire d’une machine étant élevé, l’objectif est d’économiser du temps en préparant les programmes d’usinage. Le temps consacré à la simulation de projet, c’est autant de temps épargné sur la mise au point et la préparation de la machine dans l’atelier. Ainsi, si certaines pièces ne demandent que dix minutes pour l’usinage à proprement parler, il faut parfois prévoir deux heures pour les étapes successives de préparation, vérification, contrôle et ajustement des machines.

La valeur ajoutée de la simulation en FAO se trouve donc dans la réduction du temps de monopolisation de la machine pour des activités qui ne sont pas directement productives.

 

À quoi sert la simulation de projet ?

 

Les avantages offerts par la simulation de projet sont nombreux :

  • Contrôler l’état final de la géométrie à usiner en tenant compte des cotes, des tolérances et de l’état de surface. Avez-vous usiné une pièce conforme aux attentes du client ?
  • Prendre en compte les contraintes cinématiques de la machine, c’est-à-dire limiter les courses et l’amplitude des axes de rotation. Cela évite à la machine de se retrouver dans une position hors course qui rend la réalisation du programme impossible par manque de place. Les angles sont clairement définis pour empêcher les positions impossibles à atteindre.
  • Veiller à la faisabilité de l’usinage en réglant le positionnement de la pièce avant de lancer la machine. Si vous lancez l’usinage d’une pièce complète sans vous assurer en amont que la machine dans l’atelier sera capable de supporter les paramètres de production, vous prenez le risque de devoir tout recommencer. Ce qui représente à la fois une perte de temps et d’argent.
  • Prendre en compte l’environnement de la machine, notamment le palpeur, le magasin d’outils ou encore le montage d’usinage. Cela permet non seulement de définir et concevoir les bons montages, mais aussi d’optimiser la programmation pour éviter toute collision.
  • Prendre en compte l’encombrement des outils coupants et leur capacité à ne pas collisionner, tout en s’assurant qu’ils puissent atteindre la zone à usiner. Ainsi, un outil trop court n’est pas adapté pour usiner le fond d’une poche. À l’inverse, un outil trop gros risque de collisionner avec la pièce ou le montage d’usinage. La préparation des outils avec la FAO permet d’éviter ces risques.
  • Prévisualiser les mouvements de la machine avant de lancer la production. Il y a un côté rassurant à savoir à l’avance ce qu’il va réellement se passer une fois le programme de fabrication lancé sur la machine. Cette étape préalable permet de veiller à la fluidité des mouvements dans l’atelier. Des mouvements trop rapides et soudains peuvent prendre la machine de court et laisser des marques sur la pièce.

 

Simuler ses projets de fabrication : une étape cruciale

 

Si la simulation est une étape cruciale du projet de fabrication, c’est parce qu’elle permet de contrôler la gamme d’usinage de A à Z. Concrètement, la simulation des projets de fabrication permet de :

  • Confirmer le bon usinage de la pièce, conformément aux spécificités techniques attendues ;
  • S’assurer de la bonne préparation des montages d’usinage et des outils ;
  • Veiller à l’absence de collision, en particulier les collisions machines, celles avec le produit fini ou le produit brut en cours d’usinage ou encore avec les montages d’usinage.

Grâce à la simulation en amont des projets de fabrication, la machine est capable de réaliser le programme d’usinage dans son ensemble sans risque de blocage à cause de limitations cinématiques ou mécaniques.

TopSolid’Cam et la simulation

 

En avance sur son temps, le logiciel FAO et CFAO TopSolid’Cam intègre plusieurs niveaux de fonctionnalités :

  • Un premier niveau de simulation, rapide d’accès pour s’assurer des bonnes trajectoires d’usinage. Le calcul doit tenir compte de la mise en situation dans l’atelier (machine, montage, outils, pièce brute et finie), mais aussi éviter tout risque de collision.
  • Un niveau de vérification, conçu à l’origine pour calculer l’état de surface de la pièce finie après l’usinage. Au fil du temps, cet outil s’est perfectionné. Aujourd’hui, il permet aussi de simuler la machine en mouvement. Si des collisions sont détectées, le programmeur en est aussitôt informé.
  • Un niveau de simulation du code ISO. Le code ISO (ou G-code en anglais) désigne la description du programme en langage machine dans le logiciel TopSolid’Cam. Le fichier ISO intègre l’ensemble des instructions indispensables pour mettre la machine en mouvement. Autrement dit, c’est ce programme qui sera communiqué à la machine dans l’atelier.

Concrètement, l’objectif est de simuler le fichier écrit en G-code généré par le post-processeur. Il existe un grand nombre de langages machines. L’originalité de TopSolid’Cam réside dans sa capacité à s’adapter au bon langage machine en fonction des caractéristiques techniques de l’atelier. Pour une flexibilité optimale, TopSolid’Cam propose plusieurs post-processeurs capables de traduire le programme réalisé avec le logiciel dans le bon langage machine.

Totalement indépendant du logiciel TopSolid’Cam, l’outil de simulation est 100 % impartial. Son rôle consiste à relire et simuler le code ISO tel qu’il est écrit. Avant d’exécuter le programme sur la machine, il effectue une dernière vérification pour plus de sécurité. Cet outil de vérification est désormais indispensable dans certaines entreprises, dans le cadre de leur processus de qualité et de validation de programmes.

 

Alors, comment simuler vos projets de fabrication en amont ? Tout simplement en passant à la FAO ! TOPSOLID SAS vous propose une solution dédiée. TopSolid’Cam permet de simuler et vérifier les caractéristiques d’usinage avant de lancer la production. Vous souhaitez en savoir plus sur la simulation de projet en FAO ? Contactez nos équipes dès aujourd’hui !

5 Fonctionnalités nécessaires à un logiciel CAD CAM

5 Fonctionnalités nécessaires à un logiciel CAD CAM

Le secteur ameublement et agencement d’espaces, présente une palette créative infinie. Aussi, la demande se caractérise par des besoins aussi variés qu’ils peuvent s’avérer complexes. Un outil de conception et de fabrication performant est donc indispensable … reste à savoir comment dénicher la perle rare, adaptable à la fois aux exigences des clients et aux contraintes des projets, mais également capable de préserver efficacité, fiabilité et – nerf de la guerre- respect des délais de livraison.

A ce titre, et à travers la solution TopSolid’Wood, spécialisée dans l’ameublement, TopSolid SAS vous dévoile les 5 fonctionnalités absolument nécessaires à un logiciel CAD CAM, pour relever les défis du secteur.

1) Des fonctions de modélisation intuitives

Concevoir et produire : c’est la réponse principale à laquelle un logiciel de CAD-CAM digne de ce nom doit répondre. Il est donc important qu’il présente des fonctions très pertinentes, afin de couvrir l’ensemble des besoins de l’utilisateur. Pour les métiers du Bois, on pense évidemment, à des fonctionnalités d’enlèvement de matière, ou à la configuration des assemblages entre pièces, à la modélisation 3D paramétrique, mais aussi à la personnalisation avancée du logiciel pour permettre un gain et une facilité d’utilisation … la liste est encore longue.

Imaginez un outil facile à utiliser, mettant à votre disposition une palette d’outils adaptés pour répondre à vos besoins.

Ce package, la solution TopSolidWood l’inclut et va même plus loin : l’applicatif fonctionnant en temps réel, fournit un résultat dont le réalisme est poussé à son maximum, que les conceptions soient simples, ou alors spécifiques et complexes … et le tout, en gagnant un temps considérable !

Fonction modélisation intuitive - fonction rainure
Fonction Rainure
Fonction modélisation intuitive -Fonction profilage
Fonction Profilage

2) Des bibliothèques de composants modulables

La plupart des logiciels CAD CAM proposent des bibliothèques de composants « clé en main », destinées à augmenter la productivité. Or, il existe très peu -voire pas du tout- de normes ou de standards concernant l’industrie de l’aménagement, chaque entreprise ayant des besoins propres et spécifiques, même sur ce qu’elle a de plus évident à proposer. Comment alors, gagner en productivité en utilisant des bibliothèques de composants certes riches et faciles à manier, mais qui ne tiennent pas compte du caractère unique de chaque agenceur … alors qu’il s’agit précisément de faire ressortir l’ADN des conceptions ?

La réponse tient dans la capacité à créer sa propre bibliothèque de composants modulables, capable d’évoluer au quotidien, en intégrant par exemple, de nouvelles méthodes ou des moyens de production différents. Car il faut bien comprendre que ce sont les pratiques de l’entreprise qui enrichissent la bibliothèque du logiciel, et permettent de créer, capitaliser puis factoriser les savoir-faire. Avec le « clé en main » cela n’est pas possible.

Pour résumer, customisation et puissance de paramétrage d’une bibliothèque de composants, constituent des critères impératifs au choix d’un logiciel CAD-CAM. Pensez-y le moment venu !

Bibliothèque de composants modulables 1
Bibliothèque de composants modulables 2
Des bibliothèques de composants modulables

3) La visualisation en temps réel des modifications apportées

Sur le vaste marché des logiciels CAD CAM, gardez en tête que la majorité des outils utilisent un moteur polyédrique pour modéliser les conceptions. Un tel procédé est-il en mesure de fournir une représentation exacte et précise des conceptions 3D ? Bien évidemment non.

De plus, ces mêmes outils ne sont pas assez évolués pour concevoir de façon associative. Cela signifie que le bureau d’étude doit anticiper et redessiner, à chaque demande de modification, un nombre potentiellement élevé d’éléments. Est-il besoin d’évoquer la perte de temps colossale et les innombrables sources d’erreurs possibles ?  

Dans un contexte où les exigences liées aux projets sont aussi pointues que complexes, le temps réel constitue un impératif sans équivoque.

Grâce à son modeleur 3D exact, TopSolid’Wood permet de visualiser les modifications apportées en temps réel et de faire évoluer, en dimensions, sans avoir à vérifier chaque élément. Ainsi, le fonctionnement des règles de conception choisies, comme la conformité du rendu par rapport au souhait client, sont vérifiés sur le champ et avec fiabilité. Sans compter que les plans, les nomenclatures, les programmes d’usinage sont eux aussi mis à jour automatiquement : confort et gain de temps inestimables pour le bureau d’étude !

Configuration aisée d’un projet à l’aide des assistants TopSolid’Wood 1
Configuration aisée d’un projet à l’aide des assistants TopSolid’Wood 2
Configuration aisée d’un projet à l’aide des assistants TopSolid’Wood 3
Configuration aisée des projets à l’aide des assistants TopSolid’Wood

4) Une maitrise parfaite des modifications à apporter à un projet.

Plus grand, plus de rangements, moins profond, moins coûteux … Si une bibliothèque de composants modulables, permet à l’utilisateur de décliner rapidement un projet en respectant les spécifications initiales de son client, ces dernières sont susceptibles d’évoluer … souvent et rapidement ! Une vie « normale » de bureau d’étude en somme, mais qui peut remettre fortement en cause la composition même d’un projet.

Afin d’être en mesure de pallier – au pied levé et avec le sourire – aux divers ajustements demandés par le client, des outils de configuration s’imposent. Mais attention, pas n’importe lesquels ! En effet, la solution utilisée doit permettre de modifier différents aspects fonctionnels ou esthétique du projet, et ce, localement ou globalement.

Est-il nécessaire de rappeler que les plans, les nomenclatures, les programmes d’usinage, sont eux aussi mis à jour automatiquement?

A ce titre, le logiciel TopSolid’Wood présente des mécanismes d’interchangeabilité de composants et sous-composants, couplés à des configurateurs, qui permettent ce type d’action.

 

5) L’automatisation de la chaine numérique

La démarche de TopSolid SAS, est d’assurer la continuité entre la conception et la production, comprenez par là, ne pas casser la chaîne numérique entre le bureau d’étude et l’atelier. Non seulement le risque d’erreur est considérablement réduit, puisqu’aucun post traitement n’intervient, mais aussi, le gain de temps constaté est inestimable ! TopSolid’Wood est d’ailleurs, l’un des rares logiciels du marché à proposer cet atout plus qu’essentiel.

Automatiosation chaine numerique 1
Automatiosation chaine numerique 2
Un seul et même logiciel pour répondre aux besoins CAD/CAM

 

Modélisation intuitive, bibliothèques de composants modulables, conception associative, temps réel, et continuité de la chaîne numérique : 5 essentiels nécessaires et non négociables pour votre logiciel CAD-CAM d’ameublement.

TOPSOLID SAS, l’un des leaders mondiaux dans l’édition de logiciels CFAO/ERP propose à ce titre l’une des solutions les plus abouties du marché.  Personnalisable et évolutive, elle permet une créativité illimitée sans sacrifier à l’efficacité et à la fluidité des process. En intégrant conception, fabrication et ERP, l’outil permet une maîtrise parfaite de vos projets d’ameublement ou d’agencement. De la conception à la mise en production, vous gagnez du temps, développez les compétences de chacun et factorisez vos savoir-faire !

 

Logiciel CAM : continuer d’innover tout en réduisant ses coûts

Logiciel CAM : continuer d’innover tout en réduisant ses coûts

Innover, oui, mais à moindre coût ! Défi majeur des entreprises industrielles, ce casse tête conjugue à la fois des contraintes fortes et opposées.  En effet, dans un contexte concurrentiel où un progrès technologique en chasse un autre, difficile d’adapter continuellement les techniques aux besoins, sans transformer le poste budgétaire en trou noir. L’amélioration de la productivité étant au cœur des enjeux, le recours à la CFAO semble incontournable, pour gagner en temps et en argent, sans rogner sur la qualité. Comment se traduisent les notions d’innovation et de réduction des coûts au sein d’une solution CAM, et quel logiciel choisir pour gagner en efficience ?  Notre analyse …

1/ Comment une solution CAM favorise-t-elle l’innovation dans l’industrie, et sous quelles conditions ?

Innover au moyen d’une solution CAM, se caractérise avant tout par la capacité à réaliser les projets, mieux et plus rapidement. En effet, la FAO donnant accès à de multiples stratégies d’usinage, concepteurs et fabricants sont capables d’appréhender des géométries de pièces de plus en plus complexes, sans devoir changer leurs moyens de production.

En conception de produit par exemple, une pièce évidée au maximum, donc plus légère, doit impérativement conserver ses propriétés mécaniques. Et si le recours à de nouveaux matériaux peut répondre à ce pré-requis, la solution CAM reste néanmoins le moyen le plus efficace pour piloter les moyens de production et conserver la qualité du produit … mais à une condition : être bien équipé !

A ce titre, la solution CAM choisie doit être évolutive, afin de s’adapter en permanence aux avancées rapides des technologies, aux performances des machines-outils, aux demandes les plus pointues des clients, mais aussi aux spécificités de votre activité et à vos systèmes en place.

En résumé, pour innover sereinement, privilégiez un outil CAM flexible, personnalisable, et présentant impérativement des fonctions de simulation et d’automatisation puissantes. Ces critères sont indispensables pour maîtriser la qualité de vos pièces les plus élaborées, et le pilotage de machines de plus en plus évoluées.

Ainsi, vous vous ouvrez de manière continue, les portes de l’innovation … à moindre coût !

 

2/ Comment un logiciel CAM favorise-t-il la diminution de vos coûts ?

Dans le cadre de l’utilisation d’un logiciel CAM, cinq facteurs, tous liés au gain de temps, permettent de réduire vos coûts :

1 – Réduction du coût horaire en ressource humaine 

Intégrant le savoir-faire de l’entreprise, le logiciel CAM permet aux collaborateurs de réutiliser, adapter, et automatiser les programmes d’usinages. Les processus déjà éprouvés en atelier sont ainsi accélérés et sécurisés. Par ailleurs, l’automatisation de l’édition des documents (liste des outils, des opérations, positionnement et origine des pièces, …) en fluidifie considérablement l’accès, facilite l’échange d’informations, et décharge les collaborateurs d’intempestives ressaisies. Constat : moins de temps passé sur des tâches chronophages, travail collaboratif favorisé, et coût horaire par personne substantiellement réduit !

2 – Réduction du coût horaire ressource machine 

Dans le cadre de la CFAO, la programmation est non seulement facilitée, mais elle est également déportée de l’atelier au bureau. Il n’est donc plus nécessaire d’immobiliser la machine pour réaliser ou faire valider un programme. Et qui dit temps d’immobilisation réduit, dit moindre coût !

3 – Réduction du taux de rebus 

Une pièce présentant un défaut d’usinage coûte à l’entreprise, non seulement en matière première, mais aussi en temps de production. La réponse du  logiciel CAM à ce type de risque, consiste en une simulation réaliste de la pièce à usiner. D’une part les temps de mise en route de la production sont réduits mais surtout les rebus sont évités, faisant ainsi drastiquement chuter les coûts !

4- Réduction de la casse 

La fabrication d’une pièce implique des frais de matière première, d’usure des outils, d’immobilisation des machines, de temps humain … Et plus la pièce est technique, plus le nombre de transformations se multiplie (usinage, rectifications, traitements, contrôles, …), plus le chiffrage grimpe. Seulement, en cas de collision post-production, l’addition est salée pour l’entreprise : perte sèche, pénalités de retard de livraison, impacts en cascade pour les productions suivantes, insatisfaction et perte de confiance de la part des clients. Et quand ce sont les outils coupants et les machines qui subissent des avaries, imposant alors l’arrêt de la production, le fiasco n’est pas loin … 

On ne saurait donc, que trop insister sur l’utilité de l’outil CAM pour éviter ce genre de « désagrément ».

5- Amélioration des performances de coupe 

La CFAO permet d’optimiser les efforts mécaniques nécessaires à la coupe, et réduire la puissance produite par les machines, allongeant ainsi leur durée de vie. A ce titre, le temps d’usinage est réduit de 30% à 70% selon les cas, et les frais liés à la baisse des achats de consommables nécessaires à une production, peuvent être divisés par 10 !  Et la qualité d’usinage dans tout ça ? Elle est préservée voire même améliorée.

Le gain de temps lié à la solution CAM, permet donc de réduire vos coûts tout en continuant à innover et à améliorer la fabrication. Maintenant, il s’agit « juste » de choisir l’outil le mieux adapté aux exigences du marché et à vos besoins. 

 

3/ TopSolid : l’outil de CFAO pour gagner en productivité

Solution globale de CFAO créée par TOPSOLID SAS, le logiciel TopSolid’Cam bénéficie d’un savoir-faire de 40 ans en usinage et pilotage de machines-outils. Alliant la simplicité de manipulation à la puissance fonctionnelle et technique, l’outil, dont la compétence a été éprouvée dans différents secteurs de l’industrie, répond aux exigences liées à l’innovation à moindre coût.

En effet, la fiabilité de la simulation permet d’accélérer et sécuriser la mise en production quelle que soit la complexité de la pièce.  Par exemple, l’outil prend en compte l’ensemble des mouvements interopérations, optimise les trajectoires de coupe, gère la matière restante, prévoit les éventuelles collisions … Une liste non exhaustive, dont les composantes convergent vers le gain de temps et la précision, deux facteurs dont dépend directement la réduction des coûts.

La solution TopSolid’Cam constitue d’autre part, l’apanage de la modernité, évoluant au fil des progrès des machines-outils, et intégrant les dernières nouveautés (MOCN, commandes numériques, outils coupants, montage d’usinage, etc …).

L’outil s’adapte à votre niveau d’expression de besoin, et s’avère facile à prendre en main et à utiliser, grâce à ses interfaces ergonomiques et intuitives. Vous produisez vite et bien, quels que soient les types de pièces à usiner, ou la machine à piloter !

 

Véritable investissement sur le long terme, et passeport vers l’innovation à moindre coût, l’outil de CFAO doit répondre à une série de critères bien définis pour s’adapter à votre activité et ses spécificités, et vous faire gagner en efficience. La solution TopSolid’Cam constitue à ce titre, un gage de qualité pour relever vos défis et faire face aux enjeux d’avenir de l’industrie, en s’inscrivant dans un partenariat de proximité. Capitalisez sur vos actifs intemporels, automatisez et évoluez : avec TopSolid’Cam, vous êtes parés pour innover au prix juste !

Vous souhaitez en savoir plus ?  Découvrez l’intégralité de notre solution TopSolid’Cam

Logiciel CAM : les avantages d’une solution distribuée à l’international !

Logiciel CAM : les avantages d’une solution distribuée à l’international !

De nombreux critères entrent en ligne de compte au moment de choisir votre solution CFAO. Au-delà des fonctionnalités proposées, vous devez notamment composer entre performance et prix, pour un investissement utile et rentable eu égard à votre secteur d’activité. Autre élément différenciant à étudier, pour faciliter votre décision parmi une vaste sélection de logiciels : la dimension internationale de l’outil. Une solution distribuée à l’international, en effet, peut représenter une forte valeur ajoutée, et ce même pour les entreprises 100% françaises. Le logiciel CFAO TopSolid’Cam, distribué à l’étranger, rayonne à l’international. Découvrez tout ce que vous avez à y gagner…

2 intérêts majeurs à choisir une solution de CFAO distribuée à l’échelle internationale

 

D’un point de vue purement pratique, la dimension internationale d’un logiciel CFAO sert 2 intérêts majeurs. Non seulement l’outil est conçu pour répondre à des besoins quasi-exhaustifs, mais en plus il permet la collaboration fluide des équipes en tous points du globe. Explications.

La garantie d’une solution capable d’adresser des besoins très variés

A chaque pays ou région du monde sa culture propre. Or cette diversité se répercute directement dans la sphère professionnelle : les besoins diffèrent d’un marché à l’autre, du simple fait que les domaines de spécialités varient.

Illustrations :

  • La Suisse est connue pour être spécialisée en horlogerie. De ce fait, les méthodes et les techniques de conception s’y sont développées de manière plus avancée.
  • Le Brésil et le Portugal se distinguent sur le marché de l’emboutissage : les fabricants d’outillage ad hoc sont plus nombreux et mieux équipés.

En réponse à ces besoins variés, les développeurs de solutions logicielles adaptent le panel des fonctionnalités de l’outil CFAO pour satisfaire parfaitement les attentes des utilisateurs finaux. Un logiciel français, par exemple, est conçu eu égard aux exigences spécifiques du marché français – ou européen, éventuellement. Ce qui permet de mettre en lumière le premier avantage de la solution distribuée à l’international : le logiciel est conçu de manière à satisfaire les besoins d’utilisateurs worldwide, sur la base de leurs techniques et méthodes respectives propres. Soit un panel de fonctionnalités d’autant plus étendu…

Parce que notre logiciel CFAO TopSolid’Cam est distribué à l’étranger, il est développé dans l’objectif de répondre, de manière performante, à des besoins très variés. Quel que soit le pays d’utilisation, vous bénéficiez de toutes les fonctionnalités.

La possibilité de travailler en mode collaboratif à travers le monde

Les nouvelles technologies facilitant les échanges, de plus en plus d’entreprises collaborent avec des filiales ou des partenaires à l’international. C’est dans ce contexte que le travail en mode collaboratif se développe, et c’est à ce besoin que les outils innovants répondent. 2 obstacles majeurs à lever :

  1. La barrière de la langue : pour collaborer de manière efficace via un outil unique, sans perte de temps ni risque d’erreur, les entreprises doivent pouvoir paramétrer leur solution logicielle dans leur langue native. C’est pourquoi TopSolid’Cam est disponible en 15 langues : l’utilisateur est en mesure d’utiliser le logiciel CFAO en toute simplicité quelle que soit sa nationalité.
  2. Le décalage horaire : en fonction du fuseau horaire, chaque entreprise travaille à des moments distincts, ce qui peut être source de dysfonctionnements. Pour y remédier, les bases de données de la solution logicielle distribuée à l’international sont synchronisées en temps masqué, tout en permettant à chaque collaborateur de continuer à travailler et à partager son travail.

Utiliser un seul et même outil facilite la communication entre les différents bureaux, services, entreprises et autres intervenants, pour gagner en performance. Pour gérer la problématique à l’international, l’outil doit donc être conçu à cet effet.

La gamme de solutions CAO, FAO, ERP TopSolid

L’international comme gage de qualité pour votre logiciel CFAO

 

La dématérialisation de nos solutions nécessite d’autant plus de prouver leur efficacité : il s’agit de démontrer que nous répondons à des besoins concrets. Au-delà de la production, l’un des principaux atouts de nos logiciels réside dans leur capacité à traiter les cas complexes. Si l’usinage PC est à ce jour relativement banalisé, il n’est pas toujours aisé pour les toutes les solutions CAM du marché de traduire cet usinage « virtuel » en un usinage « concret » sur une machine dans un atelier. C’est grâce aux réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, YouTube, …) qu’il est de plus en plus facile de voir ce que les autres font avec un tel outil et comment ils travaillent avec. Et plus les utilisateurs sont nombreux et divers, à travers le monde, plus les cas concrets sont parlants. Les utilisateurs de la solution logicielle à l’international deviennent de véritables ambassadeurs, qui font une démonstration utile des fonctionnalités de l’outil. Et les retombées bénéfiques s’observent à plusieurs niveaux :

  • L’utilisateur qui met en ligne sa démonstration fait sa propre publicité.
  • Les potentiels utilisateurs intéressés par la solution se font une idée parfaitement objective des résultats à obtenir, ils se confortent dans leur choix grâce à des illustrations concrètes.
  • Les (futurs) utilisateurs découvrent de nouvelles possibilités offertes par l’outil logiciel.

Au-delà de cet avantage de diffusion de l’information à une échelle massive, la solution distribuée à l’international se distingue par le niveau d’exigences au moment de son développement. Dans la mesure où le nombre d’utilisateurs est supérieur, l’éditeur est d’autant plus incité à améliorer son produit en continu, notamment en ajoutant de nouvelles fonctionnalités. C’est un cercle vertueux : déploiement à l’international => plus d’utilisateurs => plus d’exigences et de demandes complexes => une solution CFAO toujours plus performante et parfaitement adaptée aux besoins utilisateur !

Une solution distribuée à l’international, en tout état de cause, gagne en notoriété, et la confiance des clients utilisateurs de l’outil croît à travers le monde.

Solution connue et reconnue à l’étranger, TopSolid continue son développement et sa conception de nouvelles solutions, pour aller toujours plus loin dans l’innovation. Entreprises françaises ou étrangères : TopSolid se déplace au-delà des frontières, profitez-en…

Industrie 4.0 : Enjeux et perspectives pour l’usine du futur et l’usinage intelligent

Industrie 4.0 : Enjeux et perspectives pour l’usine du futur et l’usinage intelligent

Dans un contexte de rude concurrence où la mondialisation est omniprésente et les habitudes de consommation changeantes, les entreprises n’ont d’autre choix que de faire évoluer leurs méthodes de fabrication.  

L’usine du futur devra être agile et connectée afin de garantir sa compétitivité et sa productivité. Elle devra faire face à la diversification et à l’évolution des besoins, en produisant dans des délais toujours plus courts, tout en étant soucieuse de l’environnement grâce à son efficacité énergétique. On parle depuis quelques années d’Industrie 4.0. Quels enjeux pour les entreprises ? A quoi correspond « l’usine du futur » ?

Qu’est-ce que l’industrie 4.0 ?

Concept et origine de « l’industrie 4.0 »

Concept mis en évidence pour la première fois au Salon de la technologie industrielle à Hanovre en 2011, on parle d’industrie 4.0 pour faire référence aux trois premières révolutions industrielles.

La première a eu lieu au XVIIIe siècle après l’invention des machines à vapeur, permettant la production mécanisée. L’arrivée du réseau électrique a permis l’essor de la seconde révolution industrielle à la fin du XVIIIe siècle. Enfin, l’automatisation de la production au XXe siècle a débouché sur la troisième révolution.

L’idée derrière l’industrie 4.0 est celle de retourner la tendance de la mondialisation à l’avantage des industries européennes en encourageant les usines de se doter des derniers outils technologiques, tous connectés en réseau via internet et le Cloud.

Dans l’usine nouvelle, l’idée est de mettre l’usine au service de l’opérateur, et non plus l’opérateur au service de l’usine. L’humain étant le facteur central de ce plan, tout est mis en œuvre pour améliorer l’ergonomie, la productivité et la sécurité de chaque poste. L’évolution des méthodes de production ayant amené l’opérateur à devoir remplir toujours plus de procédures, l’objectif de l’usine ultra-connectée est de dématérialiser toutes ces phases, afin que l’humain soit centré sur les taches à fortes valeur ajoutée. Pour cela, chaque machine sera connectée et communiquera avec le réseau, et les informations seront transversalisées pour être distribuées entre les différents services. L’information se diffusera de manière fluide et efficace depuis le client à partir de son bon de commande, en passant par toutes les étapes de la fabrication, jusqu’à l’expédition du produit fini.

Les composants de l’industrie 4.0 : De quoi parle-t-on ?

L’usine connectée, ou usine du futur, ne va pas tout révolutionner. Elle va utiliser les équipements déjà existants, les améliorer, puis les placer au cœur d’un réseau où toutes les informations pourront être partagées.

Pour cela, certains outils sont indispensables pour accompagner la mutation :

  • L’internet des objets (Internet of things) permettra l’essor de nouveaux produits manufacturés, donc ouvrira de nouvelles perspectives de marchés.
  • L’impression 3D ouvre de nouvelles possibilités de production, capable de s’adapter à la production compétitive de petites séries.
  • Les robots collaboratifs (Cobots) : Servant d’assistance à l’opérateur, le cobot permettra d’améliorer la productivité, la sécurité et l’efficience de certains postes de travail.
  • Réalité augmentée : En juxtaposant au champ visuel de l’individu des informations liées à certaines procédures (de maintenance notamment), la réalité augmentée permettra d’intervenir rapidement en suivant les procédures affichées.
  • Systèmes Cyber Physiques (CPS en anglais) : Ils permettent d’ajouter de nouvelles fonctionnalités aux éléments physiques dans un but de contrôle et de pilotage des processus. Il devient un élément clé de la chaîne d’informations.
  • Big data industriel : La gigantesque base de données de l’usine de demain fleurira vers le « Smart data » avec l’entrée en scène de l’intelligence artificielle. Elle permettra d’améliorer notamment la maintenance prédictive.

La gamme de solutions CAO, FAO, ERP TopSolid

Enjeux et perspectives de l’usine du futur ?

L’enjeu de l’usine 4.0 va être de gagner en productivité, tout en s’adaptant à la nouvelle façon de consommer. Le consommateur d’aujourd’hui achète de plus en plus et tend à privilégier la personnalisation des objets. Si bien que l’un des enjeux principaux de l’usine du futur sera d’allier gain de productivité avec personnalisation de masse et diminution des séries.

Pour cela, il va falloir faciliter l’utilisation des logiciels de programmation pour gagner du temps, afin que l’individu puisse les prendre en main très rapidement. Un des objectifs sera de traiter l’information dans un délai très court, tout en gardant une flexibilité dans le paramétrage.

L’usinage du futur nécessitera la mise en place d’un système intelligent, capable de s’autoévaluer et de se corriger. Le but de l’industrie 4.0 est de créer « l’usinage intelligent » : la collecte de données du savoir-faire et du process, alliée à l’intelligence artificielle, au service de la production.

Comment TopSolid s’intègre dans l’industrie 4.0 ?

Bien que le concept « d’industrie 4.0 » soit apparu il y a quelques années seulement, TopSolid n’a pas attendu la quatrième révolution industrielle pour s’inscrire dans cette logique d’usine du futur.

TopSolid propose en effet depuis des années déjà une chaîne numérique totalement intégrée via sa suite de logiciels CAO, FAO et ERP, et offre ainsi une inter connectivité totale de la conception à la réalisation. Cela implique un système intelligent, permettant de prendre des décisions rapides et précises, grâce à un ERP performant.

 

TopSolid continue son évolution vers le CAO-FAO-ERP du futur, ce qui implique :

  • Une conception intelligente : En plus des modèles 3D déjà bien récupérés au niveau géométrique, la récupération des informations d’usinage (PMI) et les tolérances, ainsi que la prise en compte des opérations de fraisage et de tournage.
  • Plus d’automatisations : Calculs prédictifs : calculs de vibrations, déformation des pièces dues au bridage ; gestion affinée de la durée de vie des outils (avec conditions de coupe calculées) ; familles de pièces analogues (en s’adaptant à la production personnalisée de masse) ; génération des gammes en automatique.
  • L’utilisation du Cloud : récolter le BigData de l’entreprise, déporter les calculs gourmands, mettre à jour le logiciel en permanence.
  • Placer l’humain au cœur de la 4ème révolution industrielle : Accompagnement au changement, mise en place de formations certifiantes pour le bénéfice mutuel des entreprises et de leurs collaborateurs.
Adopter un nouveau logiciel de fabrication assistée par ordinateur : comment convaincre ses équipes ?

Adopter un nouveau logiciel de fabrication assistée par ordinateur : comment convaincre ses équipes ?

Face à un marché mouvant, les besoins des entreprises en matière de logiciels de FAO sont changeants. Pour rester compétitifs sur un marché de plus en plus concurrentiel, les professionnels ont besoins d’outils flexibles et homogènes, communiquant avec les solutions déjà en place dans l’entreprise. Performantes, ces solutions doivent également permettre de gagner en temps et en fiabilité, tout en palliant les problèmes de recrutement de personnes formées au métier. Une fois son nouveau logiciel de FAO choisi, reste encore à convaincre l’ensemble de ses équipes de son intérêt… Comment y parvenir ?

Le changement de logiciel de FAO impacte de nombreux pans d’une entreprise

Il y a une dizaine d’années, les « patrons » étaient moteurs dans le changement de CFAO de leur entreprise. Ils prenaient quasiment seuls la décision et la soumettaient, – voire l’imposaient -, aux équipes concernées. Aujourd’hui, l’organisation des entreprises a fortement changé et les services sont de plus en plus impliqués dans les décisions stratégiques de la structure. Résultat, le responsable BE et le responsable BM sont désormais au cœur de ce type de projet, en concertation avec les autres responsables de service. Les entreprises ont en effet pris conscience que les nouveaux outils devaient communiquer avec les solutions déjà en place.

 

L’adoption d’un nouveau logiciel de FAO suscite de nombreuses appréhensions

Prendre la décision de changer l’outil de CFAO dans une entreprise n’est pas une décision facile à prendre. En effet, la solution CFAO à un rôle crucial, car elle permet de traiter les projets afin de les industrialiser.

L’outil de FAO assure la production de la société. Il a vocation à programmer l’ensemble des machines dont le coût d’investissement est très élevé, mais il se doit également d’assurer la production de la société. En aucun cas, la solution de FAO ne doit faillir car cela entrainerait l’arrêt brutal de la production de l’entreprise.

Les principales appréhensions et freins des équipes face à un changement de solutions FAO sont :

  • De perdre des habitudes de travail ancrées depuis des années
  • De ne pas pouvoir s’adapter à une solution moderne liée à une prise en mains d’outils informatiques nouveaux
  • De ne pas retrouver une fiabilité qu’elles pouvaient obtenir avec leur solution en place malgré une vétusté éventuelle de l’outil
  • De se remettre en question

 

Le rôle clé de l’éditeur dans l’adoption du nouveau logiciel

Véritable partenaire des entreprises, l’éditeur de solutions de CFAO TopSolid est conscient que l’adoption d’une nouvelle solution par les équipes représente un point crucial. Afin de présenter le nouvel outil de travail de manière concrète et « parlante » à ses interlocuteurs, TopSolid a pour habitude de demander aux équipes d’exposer leur process actuel et les problématiques rencontrées avec leur outil de FAO en place. L’écoute et la prise en compte des attentes des équipes est l’un des éléments primordiaux pour établir une relation de confiance.

Face à la crainte des équipes de perdre des habitudes de travail et ne pas pouvoir s’adapter à une solution moderne, – liée à une prise en mains d’outils d’informatiques nouveaux -, TopSolid tient à rassurer l’ensemble du personnel concerné. Pour y parvenir, il convient de démontrer la force de la solution, sur la base d’éléments concrets et connus de l’entreprise :

  • Récupération des données provenant de vos clients
  • Traitement des informations dans un environnement connu et maitrisé: présentation du processus de FAO sur la base de vos machines, pour montrer que la génération du code machine ne varie pas selon l’outil de CFAO
  • Fonctionnement des services de support : Qu’il s’agisse des équipes TOPSOLID en France, ou des distributeurs de TopSolid à l’international, leur niveau d’expertise leur permet d’être particulièrement réactif en cas de difficultés liées à la prise en main de l’outil.

Malgré la vétusté de leur outil, il arrive que les équipes craignent de ne pas retrouver la fiabilité qu’elles pouvaient obtenir auparavant. Le rôle de l’éditeur de logiciels consiste alors à demander aux équipes la méthode employée pour traiter un sujet en particulier, afin de réaliser des opérations concrètes pour démontrer la fiabilité de la solution. TopSolid rassure également les équipes en expliquant que l’historique de la société sera sauvegardé, voire récupéré, sur le nouvel outil. Enfin, la réalisation de programmes machines accompagnée de tests concrets sur les machines permettent généralement de parachever la démonstration.

La gamme de solutions CAO, FAO, ERP TopSolid

Si vos équipes ont du mal à se remettre en question, votre interlocuteur TopSolid devra :

  • Citer des références de clients qui ont mené une démarche identique et qui n’ont eu aucune difficulté majeure à s’adapter au nouvel outil.
  • Transmettre les coordonnées précises de ces clients pour provoquer un échange entre les deux sociétés. En ce sens, il n’est pas rare que TopSolid propose une visite au sein d’un client installé, car rien ne vaut les échanges d’expérience !

 

Le rôle de l’éditeur de logiciels est capital dans l’adoption de sa solution par une société. En effet, hormis le fait de démontrer en quoi la solution répond techniquement aux différents besoins de l’entreprise, ce dernier doit instaurer une relation de confiance sur le long terme avec l’entreprise. Car si le changement de logiciel de CFAO représente un enjeu capital pour les équipes, pour TopSolid il en est de même. En effet, un client satisfait génère X nouveaux clients, alors qu’un client mécontent met en jeu la réputation de TopSolid.

Retour d’expérience sur un cas concret d’adoption de TopSolid réussie

Après avoir utilisé pendant plus de 20 ans le même logiciel de CFAO pour la programmation de deux machines de découpe laser, une société de sous-traitance souhaitait changer de logiciel en optant pour TopSolid. Peur de perdre l’existant, de ne pas pouvoir paramétrer rapidement les machines de découpe laser, de ne pas gagner significativement du temps dans la récupération de fichiers externes… Ce changement suscitait de nombreuses craintes auprès des équipes.

Pour surmonter la crainte de ne pas gagner de temps dans la récupération de fichiers externes, lors de la démonstration du logiciel, nous avons demandé aux équipes de nous fournir un exemple de client qui leur posait problème.

Alors que l’équipe BE estimait à ½ journée la récupération et le traitement du projet soumis, le traitement du projet n’a finalement duré que 15 mn avec TopSolid, grâce :

  • Aux fonctions évoluées CFAO dans la récupération et le traitement de pièces provenant de l’extérieur.
  • A l’associativité CAO-FAO TopSolid

 

Pour surmonter la crainte de ne pas pouvoir paramétrer rapidement leurs machines de découpe laser, nous avons planifié, avant la prise de décision finale, une journée sur site client pour effectuer des tests concrets de passage de programmes sur les deux machines de découpe laser.

Grâce à plus de 35 ans d’expertise sur la programmation de machines de découpe et de poinçonnage, de toutes marques et de tous types, ces tests réalisés par TopSolid ont été plus que concluants. Quant à la crainte de ne pouvoir récupérer l’historique, TopSolid s’est engagée à développer une application pour récupérer l’ensemble des données CFAO de l’entreprise.